AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 
We Don't Need Words [Jolynn]



Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Messages : 648
Origine du personnage : Nocturne
Alignement : Neutre
Emploi : Escort girl



Your Soul
♠ Pouvoirs:
♠ Forces & Faiblesses:
avatar


The nightwatcher

Message03.01.16 8:31



We Don't Need Words



ft. Jolynn Edwards


Cinq minutes de plus en sa compagnie et tu t'aurais tiré une balle dans le crâne. Entre te forcer à afficher un sourire commercial toute la soirée et à endurer les blagues à la limite du sexisme de ton client, tu avais souhaité pendant plusieurs heures te trouver n'importe où sauf ici. Oui, te retrouver en Enfer ou encore dans les Abysses aurait été plus sympathique que d'être assise là, à une table pleine de sportifs et où certains des invités semblaient un peu trop te lorgner au niveau de la poitrine. Si ce n'est pas parce qu'ils sont plus fortunés que la majorité des habitants de Toronto qu'ils connaissent la définition du mot respect. Ce n'est pas parce que tu portes un pantalon noir en cuir et un chemisier blanc qui laisse légèrement entrevoir ton décolleté, et encore, il faut vraiment te fixer afin de le remarquer, que tu mérites ce genre de traitement. Si ton client, un sportif vers la fin de la vingtaine, ne t'avait pas payé un prix exorbitant pour passer ta soirée en ta compagnie histoire de ne pas être le sec mec célibataire, tu ne t'aurais pas fait prier pour quitter la table sans le moindre remords. Si les copines de ces gorilles ont un peu plus de jugeote qu'eux, il n'en reste pas moins que tu les apprécies pas plus que ça. Il n'y a qu'une chose qui pouvait te sauver de ce moment ennuyeux à mourir, la commande du dessert, car après tu serais libéré de ce zoo rempli de testostérones. Malheureusement, ton prince charmant du dimanche s'était penché vers toi pour te murmurer à l'oreille si tu voulais bien passer le reste de la nuit avec lui et plus précisément dans son lit en même temps que tu recevais un sms. Ah non, tout mais pas ça! Plutôt te balader à poil dans la neige que de laisser ce type poser ses mains sur toi ailleurs qu'autour de ta taille ou sur ta cuisse. Normalement tu aurais répondu à sa demande avant de jeter un œil à ton téléphone portable. À peine avais-tu lu le message, non sans froncer légèrement les sourcils à cause de l'incompréhension, que tu inventais un petit mensonge à ton client. Quelqu'un d'autre t'attendait et si tu ne partais pas immédiatement, tu serais en retard, une chose que ton client n'accepterait pas du tout. Ni une ni deux, tu avais pris ton long manteau manteau blanc et quittée les lieux sans un regard en arrière. Voilà ce qui résume bien ta mauvaise soirée.  

Jolynn. Qui te demande de te pointer immédiatement au One Up Lounge. À croire qu'elle oublie que tu as principalement un boulot de nuit. Certes, elle vient de te sauver d'un client chiant, mais tout de même, ce n'est pas une bonne excuse. Pourtant, tu lui écris que tu vas être là dans moins de cinq minutes puisque tu te trouves à seulement quelques bâtiments plus loin. C'est plutôt curieux qu'elle t'invite au même endroit qu'au moment de votre première rencontre. Ta première cliente dans cette ville grâce à un de ses amis qui avait voulu lui faire une blague, sauf que cela n'avait pas fonctionné. L'arroseur arrosé en somme. Si ce garçon pouvait seulement te payer pour la soirée, le reste de la nuit en compagnie de Jolynn avait été en quelque sorte un cadeau à tes frais. Après ça, votre relation est devenue plutôt «banale», c'est-à-dire qu'elle avait passée les deux années suivantes à tenter de te convaincre à rejoindre son alignement. Celui des Diables. Ça, jamais. Si tu peux considérer Jolynn comme une «amie», tu trouves le moyen de refuser à chaque fois. Donc, est-ce qu'elle veut encore continuer ce manège ce soir en ayant le meilleur argument caché dans sa manche? Enfin, «ce soir» étant cette nuit, puisqu'il doit être dans les alentours de minuit. Ou peut-être une heure du matin. Ou plus tôt. Il faut avouer que tu perds aisément la notion du temps.

Après avoir affronté les trottoirs enneigés avec tes talons hauts et manqué de te retrouver les fesses dans la neige suite à deux trois glissades malgré tes talents d'équilibriste à cause de ta nature de Nocturne, tu arrives enfin à ce bar-restaurant. À peine entrée à l'intérieur que tu ne vois pas la jolie blonde au milieu des quelques clients présents. Au lieu de t'installer à une table ou au bar, tu choisis la pièce vers le fond avec les longs sofas aux couleurs sombres et aux coussins rouges où il y a une table basse blanche devant chaque sofa. Plus précisément celui où tu as rencontré la Damnée pour la première fois en te présentant sous ton deuxième prénom, Shadow, celui que tu utilises pour tes clients. Bien entendu, tu as fini pour lui révéler ton véritable prénom. Tu as l'âme romantique Lux, ça en serait presque touchant, sauf que la majorité des êtres vivants préfère te voir comme une prostituée. Les étiquettes ça rassure toujours les gens qui ne peuvent pas réfléchir plus de trois secondes.

Tu ne sais pas combien de temps Jolynn met à pointer le bout de son nez, mais après un court moment, tu vois une grande silhouette blonde se diriger vers toi. Il te suffit seulement de la voir marcher dans ta direction ainsi que l'expression de son visage pour comprendre que quelque chose ne va pas. Bien sûr, tes talents d'observatrices peuvent beaucoup t'aider, mais dans ce cas-ci, il ne faut pas être devin pour comprendre qu'il y a un problème. À peine est-elle à ta hauteur que tu lui fais signe de s'asseoir à tes côtés, puis sans hésiter, une fois installée, ta main attrape la sienne. Qu'est-ce qui se passe mon cœur? Les traits de ton visage montrent que tu es réellement intéressée par ce qu'elle vit. Comme à ton habitude, tu uses de tes sobriquets lorsque tu t'adresses à la jeune femme. Tu peux tout me raconter. Ta main libre ne se gêne pas pour replacer l'une de ses mèches derrière son oreille pendant que tu lui adresses un léger sourire. Que veux-tu, tu as toujours été tactile avec les personnes que tu apprécies surtout quand tu remarques qu'ils ne vont pas bien. Tu n'arrives pas à te souvenir de la dernière fois où tu l'as vu dans un sale état. Encore faut-il que tu l'aies déjà vu comme ça. Pourtant, quelque chose dans un coin de ta tête te souffle qu'une certaine Chimère y est pour quelque chose.

© kiri



Lux
I run again and again. I can’t stop and help it. This is all I can do anyway. This life is a lie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsultima.actifforum.com/t283-lux-greasy-and-bloody-girl



Messages : 462
Origine du personnage : Damnée Tempestaire
Alignement : Loyal Mauvais
Emploi : Monitrice en parachutisme



Your Soul
♠ Pouvoirs: ϟ Absorption d'oxygène ; retire l'oxygène mètre cube par mètre cube, mais étant le point de départ, elle s'inclue dans la partie non oxygénée. ϟ Lumière Obscure ; ça va être tout noir, mais pas pour elle.
♠ Forces & Faiblesses:
avatar


The unfaithful

Message04.01.16 18:00



we don't need word

Tu as beau t'éloigner de Katniss et son amante du soir, tu n'arrives pas à te calmer. Tu grognes, tu les insultes à voix haute, attirant le regard des passants. Que tu insultes aussi au passage pour la forme. Le chemin jusqu'à chez toi est rythmé par des jurons et des gestes déplacés. Tu hurles des obscénités devant les visages ahuris et scandalisés des torontois de sorties. Tu t'en fous, bien sûr. Plus rien ne compte à part ce goût amer dans ta bouche qu'à laisser cette trahison. Et quand tu retrouves le froid de ton appartement, la colère ne s'est pas atténuée. Tu tournes en rond dans ton petit studio, te force à calmer tes nerfs un minimum. Mais rien à faire. Tu te retrouves un péter un verre ou deux, avec une dernière grossièreté braillée envers la chimère. Puis, tu sors rageusement ton portable. Tu envoies un message à Lux pour lui donner rendez-vous. Pourquoi il n'y aurait que Katniss qui aurait le droit de s'amuser ? Si elle se permet, toi aussi. Ce n'est que justice après tout. Quant au choix du destinataire, ce n'est pas dû au simple hasard. Non, autant revoir quelqu'un avec qui tu as déjà couché. Une femme que le destin n'a pas décidé de vous séparer dans deux camps différents. Bien que Lux ne soit pas encore tout à fait dans le tien. Ouais, pour l'instant. Tu comptes toujours y remédier. Mais pas ce soir. Tu veux prévoir autre chose qu'un argumentaire. Tu n'as de toute façon pas la tête à ça. Il a trop d'images de Katniss dépeignée chez l'appartement de l'autre bourgeoise dans ton esprit.

Une fois le texto envoyé, tu sors de suite de chez toi pour aller rejoindre la nocturne. Tu prends bien soin de claquer les portes pour réveiller quelques voisins trop tranquilles. Il n'y a pas de raison que tu sois la seule énervée ce soir. Par contre, tu ne prends pas la peine de te changer ou de coiffer un peu ta tignasse de cinglée. Tu t'en balances d'être présentable ou de ne pas ressembler à une psychopathe prête à tuer. Alors tu traverses à nouveau les rues avec les cheveux emmêlés, tes yeux fous et le rouge aux joues. L'air frais ne te fait pas du bien, la chaleur du restaurant non plus. Tu traverses la pièce, navigant entre les tables, bousculant quelques chaises. Certaines avec des clients dessus. Sans excuse de ta part, tu continues ton chemin jusqu'au sofa où est déjà installée la nocturne. Tu te jettes presque, et croises les bras comme une gosse en plein caprice. Mais elle attrape rapidement l'une de tes mains, et tu te calmes légèrement. Elle ne t'a rien fait, elle. Au contraire, elle a même accepter de te voir à l'improviste. Peut-être as-tu choisis la mauvaise personne il y a deux ans. « Qu'est-ce qui se passe mon cœur ? » Tellement de choses. Trop de mauvais trucs, surtout. Tout se résume qu'à une seule et même femme. C'est presque triste. Tiens d'ailleurs tu n'as pas encore ressentie la moindre peine. Hormis celle venue fendre ton orgueil et ta fierté. C'est surtout la rage qui t'habite depuis tout à l'heure. Disons que c'est ton seul moyen de gérer ton chagrin. « Tu peux tout me raconter.  » Tu sais. Tu commences à saisir le personnage. Elle est bien plus apaisante et attentive que la chimère. Oui, elle est devenue une horrible personne depuis ce soir. Un véritable monstre, alors que tu t'es transformée en pauvre victime.

Tu laisses ses doigts remettre une mèche de tes cheveux derrière l'oreille. Tu n'as aucune raison de l'agresser pour ce geste. Bien que si quelqu'un d'autre avait fait la même chose ce soir, il se serait pris une claque. Et plus encore. Mais Lux doit avoir un aura de plénitude ou une connerie dans le genre. Puisqu'elle n'obtient même pas un regard noir de ta part. Bon, tu ne souris pas non plus. Mais la lumière dans tes rétines s’adoucit légèrement. « Comme d'habitude. Katniss. » Comment en pourrait-il être autrement ? C'est vrai que tu t'emballes souvent pour pas grand chose et plus fréquemment pour rien. Mais lorsqu'il s'agit de la chimère, les emportements sont décuplés d'une force incroyable. Cet effet qu'elle a sur toi est presque malsain. « Sauf que cette fois, c'est différent. Je l'ai choppé au lit avec quelqu'un d'autre. » C'est fou comme tu peux déformer la réalité avec un peu de haine. Tu ne les pas exactement vu en train de faire galipettes. Non, tu es arrivée juste après, tu en es toujours persuadée. Elle t'a trompé putain. Tu sens un nouveau grondement à l'intérieur de ta poitrine. « Une bourgeoise en plus. Qui a voulu m'attaquer par dessus le marché. » Avec un bout de verre, oui, tu t'en souviens très bien. Comme tu revois très bien Katniss prendre sa défense. Alors que toi, tu as été super sage. Tu n'as clairement pas vécu la véritable scène qui s'est déroulée un peu plus tôt. « Alors que c'est moi la cocue dans l'histoire quand même. Mais c'est terminé pour de bon cette fois. J'peux pas pardonner ça. » Tu te replaces rageusement contre le dossier du sofa. Non, tu ne peux pas excuser ce comportement. Elle est allée trop loin. « Foutue soirée. » Tu claques des doigts pour attirer l'intention du serveur. Il met trop de temps à venir. Quel con celui là aussi. Et tu commandes deux verres d'alcool pour vous deux, n'importe lequel, pourvu qu'il soit fort.





Hysteria

It's bugging me, grating me. And twisting me around. Yeah I'm endlessly caving in. And turning inside out 'cause I want it now. And I'm breaking out. I'm breaking out. Last chance to lose control . It's holding me, morphing me. And forcing me to strive. To be endlessly cold within. And dreaming I'm alive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsultima.actifforum.com/t165-je-my-blood-is-a-flood-of-



Messages : 648
Origine du personnage : Nocturne
Alignement : Neutre
Emploi : Escort girl



Your Soul
♠ Pouvoirs:
♠ Forces & Faiblesses:
avatar


The nightwatcher

Message05.01.16 5:47



We Don't Need Words



ft. Jolynn Edwards

Attention, la tempête Jolynn est en approche. Malgré que les clients ne connaissent pas son prénom, le mot tempête ou encore cyclone doit se former dans leur esprit au moment où ils en sont la victime. Des gens colériques, frustrés, impatients et autres termes se rattachant à ce type de personnalité croisent souvent ton chemin à cause de ton travail de nuit. S'ils ne sont pas toujours faciles à gérer ou encore à supporter pour tout le monde, ton attitude zen te permet, la majorité du temps, de détendre l'atmosphère, de conserver ton sang-froid et d'éviter une situation qui dégénère dans un éclat de violence. Parfois, tu as l'impression de t'improviser psychologue ou encore être un simple support moral pour ceux qui n'ont personne d'autre à qui parler de leur vie chaotique. Tu as déjà entendu quelque part qu'il est souvent plus facile de se confier à une personne que l'on ne connait pas, mais qui sait écouter plutôt que quelqu'un proche de soi qui ne prend pas la peine d'être attentif. Voilà une chose que tu n'as jamais expérimentée au cours de ta courte existence. D'aussi loin que tu peux te souvenir, tu n'as jamais parlé à qui que ce soit de Jin, enfin si, à ton ancien groupe d'amis puisque vous étiez tous liés par l'amitié, mais tu étais surtout là pour tenter de recoller les morceaux. Sans succès. Tu disais toujours que sa perte laissait un grand vide dans vos vies, mais tu n'as jamais abordé le flot de sentiments auxquels tu as été confrontée. Tant pis. Ton deuil est fait depuis des années. Tu as tourné la page et c'est un nouveau chapitre qui a commencé. Enfin, ça, c'est ce que tu crois.

À peine la Damnée a-t-elle posé ses fesses sur le sofa qu'elle ne se fait pas prier pour te déballer ce qui l'a conduit à t'envoyer ce sms un quart d'heure plus tôt. Ton intuition ne t'a pas fait défaut, car tu as devinée quel est le sujet de sa mauvaise humeur. Tu as toujours été là pour lui tenir littéralement la main à chacune de ses ruptures, du moins celles qui ont duré plus de deux jours, - et ça, des ruptures, il y en a eu à la pelle en seulement deux ans -, mais tu ne lui a jamais fait sous-entendre que sa relation avec la Chimère te semblait vouée à l'échec dès le départ. Je suis désolée mon ange. Je n'aurai jamais cru que ça se terminerait comme ça. Tu as le mérite d'être sincère à ce sujet. Si tu ne connais pas la Chimère personnellement, savoir que celle-ci est une Furie est une information qui te met la puce à l'oreille sur la manière dont prennent fin leurs disputes. Dans un excès de colère ou encore de rage certainement engendrée pour des broutilles, mais mettre un terme à leur relation par de l'infidélité, tu ne t'y attendais pas du tout. Bien entendu, avec Jolynn, il faut savoir séparer le vrai du faux, du réel et de ce qui est exagéré. Par contre, que son histoire soit amplifiée ou non, tu ne doutes pas une seule seconde sur le motif de la séparation. Tu peux même la croire quand elle te dit que sa relation est officiellement terminée avec la Chimère. Ce n'est pas la même colère qui s'affiche sur son visage et qui lui fait cracher ses mots. En fait, tu accuserais plutôt la haine. Cette même haine qui l'a probablement encouragée à réclamer ta présence ici, sauf que ça, tu t'en fous qu'elle cherche simplement à se consoler dans les bras de quelqu'un d'autre. Les relations amoureuses de longue durée, très peu pour toi. Trop de problèmes pour pas grand-chose. Tu préfères occuper le rôle de la maîtresse au lieu de celle de la copine. Tout n'est pas blanc ou noir avec toi.  

Au moment où le pauvre serveur s'éloigne presque en courant, tu relâches finalement la main de ta compagne afin de mieux te réinstaller sur le sofa. Maintenant sur le côté, ton bras se servant du dossier comme appui, ton regard est totalement tourné vers la jeune femme. Tu m'as donné une bonne excuse pour échapper à un client à qui tu aurais toi-même arraché la tête. Donc, je suis entièrement à toi pour les prochaines heures. L'avantage avec Jolynn, c'est qu'elle représente à elle seule un gage de distraction. En sa compagnie, l'alcool coule à flots quoique tu te montres éternellement prudente avec ta propre consommation. Ton mentor a pris un grand soin de t'enfoncer dans le crâne que tu ne peux pas te permettre de perdre la tête et de te retrouver en position de faiblesse à cause de ta nature de Nocturne. Sans oublier que ton boulot humain n'est pas sans risque non plus. J'imagine que tu as besoin de te changer les idées après cet horrible spectacle. J'espère que je vais réussir à te faire retrouver ton joli sourire. C'est que le rôle de la femme qui cherche à consoler quelqu'un qui lui est cher te va presque comme un gant. Le joli sourire qui se veut réconfortant, ton apparence physique soignée dû à ton client de ce soir et ton regard qui s'accroche au sien dénote de ton aisance à te révéler sous ton meilleur jour.

- On fera tout ce que tu voudras... Tes derniers mots sont qu'un simple murmure alors que ton visage s'approche dangereusement du sien. Alors que quelques centimètres vous séparent de l'une et de l'autre, un bruit, comme un raclement de gorge presque timide t'oblige à tourner la tête. Le serveur avec vos verres, dont un certain malaise se lit immédiatement sur son visage, jette un rapide coup d’œil dans votre direction. Il veut se barrer loin de vous deux ou plus précisément loin de la grande blonde. Malgré un soupir qui s'échappe de tes lèvres, tu prends la peine de lui adresser un sourire poli. C'est moi qui règle la note. Venez changer les verres quand ils seront vides. De cette manière, vous ne serez plus dérangées par qui que ce soit et tu n'as pas la moindre envie de passer ton temps à faire signe à ce pauvre gamin. Une fois ce souci réglé, ton attention se retourne vers la magnifique jeune femme pendant que tu attrapes l'un des deux verres pour le lui offrir. De quoi parlions-nous déjà? Un sourire espiègle étire tes lèvres comme si cette situation t'amusait un peu. Finalement, cette soirée va peut-être se terminer sur une meilleure note qu'au moment où elle a commencé.

© kiri



Lux
I run again and again. I can’t stop and help it. This is all I can do anyway. This life is a lie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsultima.actifforum.com/t283-lux-greasy-and-bloody-girl



Messages : 462
Origine du personnage : Damnée Tempestaire
Alignement : Loyal Mauvais
Emploi : Monitrice en parachutisme



Your Soul
♠ Pouvoirs: ϟ Absorption d'oxygène ; retire l'oxygène mètre cube par mètre cube, mais étant le point de départ, elle s'inclue dans la partie non oxygénée. ϟ Lumière Obscure ; ça va être tout noir, mais pas pour elle.
♠ Forces & Faiblesses:
avatar


The unfaithful

Message06.01.16 0:46



we don't need word

Elle te lâche la main et tu ne fais aucun geste pour la retenir. Non, tu n'es pas encore devenue mendiante d'attention à ce point. « Tu m'as donné une bonne excuse pour échapper à un client à qui tu aurais toi-même arraché la tête. Donc, je suis entièrement à toi pour les prochaines heures. » Ah ouais, c'est vrai qu'elle bosse plutôt le soir elle. C'est ce métier tant original qui vous a permis de vous rencontrez, alors jamais tu ne te permettrai de faire la moindre remarque là dessus. Si ça paye bien et qu'elle ne passe pas à la casserole ensuite, tant mieux pour elle. Toi aussi tu pourrais, non ? Non, mauvaise reconversion professionnelle, tu n'as pas sa patiente. Ton poing fracasserai trop de nez. Pas que ce soit un véritable problème en soit, mais si on te colle un procès pour régler la facture de la chirurgie, tu n'en vois pas l'intérêt ; « Si j'peux rendre service. » Tu évites de dire que ce sont tes malheurs qui en vérité lui rendent service. C'est bien, quelle délicate attention. En plus tu as utilisé un ton poli. Tu mériterai une médaille rien que pour ça. « J'imagine que tu as besoin de te changer les idées après cet horrible spectacle. J'espère que je vais réussir à te faire retrouver ton joli sourire. » C'est automatique, un sourire s'étire sur tes lèvres. Parce que tu imagines très bien comment elle peut te faire changer les idées. Et ça n'a rien de chaste ou d'innocent. « On fera tout ce que tu voudras ... » Son visage se rapproche du tien, tu attends à tout moment le contact. Raah mais non, elle s'éloigne. Mais il est où ton baiser ? Tu comprends avec quelques secondes de décalage. Foutu serveur. Ouais, il fait son boulot. Mais ne peut-il pas le faire discrètement, en silence, dans l'ombre ? « C'est moi qui règle la note. Venez changer les verres quand ils seront vides. » Oui excellente idée. Allez oust, qu'il s'en aille. Tu prends la peine de le suivre des yeux, au cas où il se retourne pour vérifier qu'il n'a rien oublier. Prête à te jeter sur lui s'il ose jeter un coup d’œil vers vous.

« De quoi parlions-nous déjà ? » Loin de vouloir gâcher ta soirée par cet empoté de serveur, tu passes rapidement à autre chose. « Je crois bien qu'on en était à peu près là. » Tu déplaces tes fesses pour effacer le plus de distance possible entre vous. La paume de ta main vient immédiatement trouver sa cuisse, alors que ton visage se rapproche du sien. Tu pourrais t'attendre à bloquer. Au moins une fraction de seconde. Oui, bloquer et hésiter au moins un temps avant de coller tes lèvres à celles de la Nocturne. Oui, tu pourrais t'y attendre. Tu pourrais le faire, même. Mais rien de tout ça ne se produit. Deux foutues années à n'embrasser qu'une seule personne. Deux foutues années de ta vie perdue. Tout ce temps à ne penser à qu'à une chimère. Qu'à ne vivre en orbite autour de cette planète au nom de Katniss. Tu croyais mener ta propre vie, mener ta propre barque. Erreur. Tu ne faisais que graviter autour d'elle. Ce n'est pourtant tellement pas toi. D'être aussi sage, aussi chaste, aussi patiente dans ta cellule. Bien que ta cage arborait un joli teint et de belles fesses, ça ne justifie pas ton comportement. Non, pendant deux ans ce n'était pas toi. Tu te retrouves enfin. Et il ne faut qu'un baiser de Lux pour t'en rendre compte. Tu n'as besoin que de ce contact pour te persuader d'un « plus jamais ça ». Oui, tu l'as souvent pensé. A chacune de tes ruptures avec la chimère. Mais pas avec cette intensité là. Non, jamais comme ça. Pas avec tout qui se noue dans ton estomac en imaginant sa tête dépeignée. Pas avec ton cœur qui se serre dès que tu oses te remémorer l'azur des prunelles de son amante. Tout ce méli-mélo d'émotions que tu n'aurais jamais souhaité connaître s'efface pourtant bien vite. Plus tu prolonges le baiser avec Lux, plus le chagrin s'envole. Que c'est commode. Voilà une belle excuse pour fourrer ta langue dans sa bouche et tes doigts dans ses cheveux.

C'est que c'est de plus en plus indécent. La main qui se trouvait sur sa cuisse s'est rapidement faufilée plus haut. Sous l'étoffe de sa chemise. Et sous l'impulsion du baiser, tu es presque à deux doigts de l'allonger sur le sofa.  Elle en dessous, toi au dessus. Et tous les clients autour pour vous observer. Mais te donner en spectacle ne t'a jamais arrêté ou même un tant soit peu gênée. Tu t'en fous tellement si des yeux scandalisés peuvent se poser sur vous à cet instant. Il doit bien en avoir dans le lot qui apprécie le show. C'est ta tournée. Puis, tu as beau dire, tu as beau faire, c'est qu'elle répond à tes pulsions la coquine. Mais avant de la renverser complètement, tes dix doigts vont s'attaquer aux boutons de son chemisier. Parce qu'il ne faut pas déconner, si entre deux mouvements tu peux profiter de la vue, tu ne vas pas t'en priver.

C'est à l'avant dernier bouton détaché qu'on vous interrompt grossièrement. Un nouveau raclement de gorge et un petit « s'il vous plaît » qui ne te parvient pas tout de suite aux oreilles. C'est que t'es un peu beaucoup occupée à déshabiller la nocturne là. L'abruti de serveur de tout à l'heure toque doucement sur la table basse pour te faire réagir. Tu te résignes à te décoller du corps de Lux, essayant de te rappeler que tout le monde n'a pas le même sentiment détendu face à l'exhibitionnisme et qu'une amende au cul ne te ferait pas du bien. Il a tout de même droit à ton plus beau regard assassin pour avoir osé vous déranger. Oh peut-être qu'il a un peu peur, il détale comme un lapin. Tu t'installes péniblement, assise malheureusement et sans Lux sur toi encore plus malheureusement, sur le canapé. Avant de te prendre le verre d'alcool devant toi et de le vider cul sec. « Les gens sont malpolis de nos jours, c'est fou. » Ta remarque vise évidemment le serveur. Tu es incapable de te critiquer malgré quelque uns de tes gestes déplacés en public.





Hysteria

It's bugging me, grating me. And twisting me around. Yeah I'm endlessly caving in. And turning inside out 'cause I want it now. And I'm breaking out. I'm breaking out. Last chance to lose control . It's holding me, morphing me. And forcing me to strive. To be endlessly cold within. And dreaming I'm alive.


Dernière édition par Jolynn Edwards le 06.01.16 11:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsultima.actifforum.com/t165-je-my-blood-is-a-flood-of-



Messages : 648
Origine du personnage : Nocturne
Alignement : Neutre
Emploi : Escort girl



Your Soul
♠ Pouvoirs:
♠ Forces & Faiblesses:
avatar


The nightwatcher

Message06.01.16 7:34



We Don't Need Words



ft. Jolynn Edwards

Tes yeux se ferment automatiquement lorsque les lèvres de la Damnée capturent les tiennes sans la moindre hésitation. C'est à croire qu'elle est en mesure de passer rapidement à autre chose ou bien de simplement panser ses blessures encore vives. Tant mieux si tu peux l'aider dans cette démarche surtout si tu peux en profiter toi aussi... Si votre dernier baiser remonte à plus de deux ans déjà, tu es loin d'être déçu de pouvoir à nouveau les goûter autant que tu le voudras pour les prochaines heures. Pour cette nuit, tu seras un excellent remède contre sa douleur et tu es même prête à éteindre ton téléphone portable dès que tu en auras la chance histoire que vous ne soyez pas dérangées. Si un client essaie de te contacter, il pourra aller se faire voir. Au moins, en compagnie de Jolynn, tu sais parfaitement que tu ne regretteras rien.

Il te faut peu de temps pour comprendre les intentions de l'autre jeune femme au moment où tu sens l'une de ses mains s'en prendre aux boutons de ton chemisier. Certes, tu as conscience que vous êtes dans un endroit public, donc qu'il y a des gens autour de vous pour servir de témoins, mais tu t'en fiches complètement qu'ils te voient avec ou sans tes vêtements. Ta température corporelle grimpe un peu plus à chaque fois que la main de la Damnée entre en contact avec ta peau qui s'expose aux yeux des clients du bar. Puis, quand tu te retrouves sous le corps de l'autre femme, ta main droite s'occupe d'attraper la chevelure dorée de celle-ci tout en maintenant une légère pression sur son crâne afin d'approfondir au maximum le baiser tandis que ta main gauche se faufile sous son haut pour caresser son dos. Tu pourrais rester là, dans cette position, en train de te laisser déshabiller sans jamais omettre une quelconque objection, mais malheureusement le serveur vient mettre un frein à votre passion dévorante non sans une timidité apparente. Si le pauvre garçon a le droit à un regard noir de la part de ton amante, tu te contentes de tourner ton visage dans sa direction, les sourcils relevés comme si tu semblais être surprise de cette interruption sans pour autant te relever. C'est que tu es totalement à l'aise peu importe la situation en plus de lui exposer ton soutien-gorge noir quasiment sous le nez. Lorsqu'il s'éloigne littéralement en courant à la manière d'une proie traquée par un chasseur, tu te décides enfin de te redresser non sans éclater de rire devant les paroles de la jeune femme.  

- Tu sais quoi? Un sourire espiègle s'affiche sur tes lèvres et au lieu de conserver une distance raisonnable avec la Damnée, tu fais exprès de venir caler ton corps contre le sien, ton visage au creux de son cou. Je n'en ai absolument rien à faire. Tu conclus ta phrase en déposant un délicat baiser près de sa jugulaire pendant qu'une de tes mains un peu trop baladeuse va se glisser sans aucune gêne à l'intérieur de sa cuisse dans un geste presque indécent. De toute façon, vous en êtes pas à votre premier devant un public qui essaie d'effacer votre présence de leur esprit. Les humains ne comprennent pas qu'il faut se laisser aller aux besoins de notre corps. Lutter contre nos pulsions ne sert à rien, car on accumule de la frustration... Comme en ce moment. À chacun des mots que tu lui murmures, ton souffle va mourir doucement contre sa peau. Tu ne peux pas t'empêcher de sourire face à ton propre jeu de provocation. Tu en oublies presque le haut de ton corps exposé aux yeux de tous. Si tu veux sauter les étapes des préliminaires de la soirée, je t'invite chez moi. Voilà une invitation que tu formules que très rarement autant parce que tu aimes conserver une sorte d'intimité sur ta vie privée, mais aussi par prudence. Avec Jolynn, tu as envie de faire une exception. En plus de ça, vous ne serez pas forcées d'arpenter la ville à la recherche d'un lieu tranquille pour mettre en pratique vos intentions de la nuit. Avec tes talons hauts, l'envie de marcher plusieurs kilomètres n'est pas au rendez-vous. Un grand lit avec une baie vitrée nous attend sagement... Ta main libre caresse sa joue du bout des doigts et tes lèvres vont se poser sur sa mâchoire. De l'alcool... Ta main passe de sa joue à son cou pendant que tu te redresses. Et beaucoup plus d'intimité qu'ici. Ton dernier argument pour la convaincre de te suivre pendant que tu scelles ta proposition par un baiser beaucoup plus chaste que le précédent. Tu sais qu'il ne lui en faut pas plus pour que tu l’entraînes avec toi à l'extérieur de ce bar et ayant laissé derrière vous quelques billets pour les verres, non sans prendre la peine de reboutonner quelques-uns de tes boutons. Enfin, juste assez pour masquer ton soutien-gorge.

Tout au long du trajet, tu attises ton amante à glissant ta main sur ses fesses ou encore en agrippant son bras afin de l'appuyer un peu plus contre ta poitrine. Heureusement que ton appartement n'est pas très éloigné du bar, car une petite voix dans un coin de ta tête te chuchote que vous n'auriez pas le temps de vous rendre jusque-là... Une fois dans le bâtiment, tu t'empresses d'appuyer sur le bouton de ton étage et tu n'attends même pas que les portes métalliques se referment devant vous pour te remettre à embrasser Jolynn à pleine bouche. Peut-être que tu devrais bloquer l’ascenseur tant que tu es impatiente à te laisser à tes pulsions, mais le «ding» de celui-ci arrive bien plus vite que prévu. Ni une ni deux, tu amènes la jolie blonde jusqu'à ta porte que tu ouvres à la volée, puis tu traverses ton appartement beaucoup trop grand pour une seule personne sans couper le contact physique avec ton amante jusqu'à ce que vous gagniez ta chambre. Tu ne prends pas la peine de fermer la porte ou encore d'ouvrir l'interrupteur, car grâce à ta baie vitrée, les lumières de la ville procurent un éclairage parfait. Avec cette luminosité, il est possible de voir que tout est rangé et qu'à l'exception de quelques décorations - c'est à croire que tu as quelque chose à cacher -, sur un bureau au fond de ta chambre, il y a une série de perruques aux couleurs et coupes différentes que tu utilises pour ton boulot.

Si l'envie te démange de la pousser sur ton lit, tu la plaques d'abord contre un mur, une de tes jambes installée entre les siennes, tes mains posées sur sa taille et un sourire collé sur tes lèvres. Est-ce que ma magnifique diablesse a une demande particulière? Elle te sait ouverte, prête à répondre à ses moindres désirs et fantasmes. Du moins, quand ceux-ci restent dans la légalité et qu'ils ne menacent pas ta vie. De toute façon, tu as toujours su t'adapter pour trouver du plaisir aux diverses demandes de tes clients les plus excentriques. Bien entendu, tu ne compares pas Jolynn à une cliente, mais tu lui offres là l'occasion de retirer de cette nuit le maximum de plaisir possible. N'est-ce pas une délicate attention de ta part?

© kiri



Lux
I run again and again. I can’t stop and help it. This is all I can do anyway. This life is a lie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsultima.actifforum.com/t283-lux-greasy-and-bloody-girl



Messages : 462
Origine du personnage : Damnée Tempestaire
Alignement : Loyal Mauvais
Emploi : Monitrice en parachutisme



Your Soul
♠ Pouvoirs: ϟ Absorption d'oxygène ; retire l'oxygène mètre cube par mètre cube, mais étant le point de départ, elle s'inclue dans la partie non oxygénée. ϟ Lumière Obscure ; ça va être tout noir, mais pas pour elle.
♠ Forces & Faiblesses:
avatar


The unfaithful

Message26.01.16 4:56



we don't need word

« Tu sais quoi ? » Le serveur est un abruti coincé ? Ouais tu avais deviné. Mais la plupart des mortels sont comme ça. Une raison de plus pour les réduire en esclavage comme dans tes rêves les plus fous. Mais si tu le penses très fort, tu n'abordes pas ce sujet avec Lux. Ouais, tu essayes toujours plus ou moins de la convaincre de passer son alignement de ton côté, mais pas ce soir. Ce soir, tu n'as pas la tête à ça. Encore moins depuis que ce débile t'a outrageusement interrompu pour te frustrer un peu plus. Tu pourrais partir en guerre seule pour cet affront. Ouais tiens, fais le. Mais au moment où tu t'apprêtes à lever tes fesses, le corps de Lux vient se caler contre toi. Ah bah non alors, pas de guerre. Il y a mieux à faire. Comme apprécier le nouveau contact avec la nocturne. « Je n'en ai absolument rien à faire. » De quoi vous parliez déjà ? Ses lèvres sur ta peau et sa main entre tes cuisses te font perdre le fil de la conversation. Ses gestes font même envoler tes récentes envie de sang. Une vraie girouette. Une vraie  polissonne. « Les humains ne comprennent pas qu'il faut se laisser aller aux besoins de notre corps. Lutter contre nos pulsions ne sert à rien, car on accumule de la frustration... Comme en ce moment. » Ouais, c'est clair. T'es carrément frustrée. Ça ne te ressemble pas, mais tu t'obliges à résister à ses gestes. Pas pour l'amende que tu risques de chopper pour exhibitionnisme si tu recommences ton petit manège, mais juste pour alimenter un peu plus le feu qui né aux creux de tes reins. Plus que sa provocation, c'est l'idée de sortir de l'exclusivité que tu avais accordé à Katniss qui t'anime. C'est elle, c'est Lux, c'est cette situation, c'est cette impression de jouer avec le feu qui vient doucement danser dans ta poitrine. Alors qu'il n'y a plus personne à tromper désormais, ce sentiment de faux pas s'imprime dans ton cœur un peu fou. L'habitude d'offrir ton corps qu'à une seule personne est bien trop ancré. Il n'y a même pas une heure que tu as découvert la tromperie. Il te faudra un peu de temps. Mais pas trop quand même. Tu gères le chagrin à ta manière. Il était temps que tu redeviennes toi-même. Ouais, au fond, Katniss t'as fait une grande faveur. Tu vas pouvoir agir comme la damnée impulsive, immature et infidèle que tu étais avant elle.

« Si tu veux sauter les étapes des préliminaires de la soirée, je t'invite chez moi. » N'est-ce pas là ce que tu espérais en la rejoignant ici ce soir ? Si, bien sûr. En plus de trouver quelqu'un à qui te plaindre et clamer tes malheurs, tu aspirais à plus. Sinon tu serais allée voir quelqu'un d'autre. Même si des amis, tu n'en as pas tant que ça, tu aurais certainement pris un collègue au hasard pour pouvoir simplement te lamenter. Mais c'est Lux que tu as choisi. Et pas innocemment. « Un grand lit avec une baie vitrée nous attend sagement. ».Tu n'as pas besoin de ce genre d'artifice. Non ça appartient plutôt aux romantiques comme la nocturne. Tu peux t'envoyer en l'air sur cette banquette ou dans la ruelle d'à côté que ça te conviendrait parfaitement. Tu ne t'arrêtes pas sur le confort, pourquoi faire ? Mais puisqu'elle propose, qu'elle t'aguiche, essaye d'en profiter pour une fois. Tu n'as jamais eu le droit à ce genre de truc avec Katniss puisqu'elle partageait la même opinion que toi. Alors tu la laisses planter le décor, parcourir ses doigts sur toi, affichant un sourire légèrement pervers. « De l'alcool ... »  Ah voilà quelque chose qui te parle plus. Même si à l'allure où vont les choses vous n'aurez pas le temps de vous y attarder très longtemps. « Et beaucoup plus d'intimité qu'ici. » Ça aussi tu t'en fous pas mal, mais tu ne fais aucun commentaire inutile. Après tout, elle propose quand même la suite de la nuit que tu avais plus ou moins en tête. Tu serais folle de râler. Tu l'apprécies assez pour ne pas te montrer malpolie ou vraiment chiante. Alors quand elle dépose sagement ses lèvres sur les tiennes, ta main se met automatiquement derrière sa tête avant de sourire bêtement. « Je ne peux rien te refuser. »

Mais le trajet n'est pas aussi chaste que ce court baiser. Que ce soit par vos gestes déplacés dans la rue, ou par la suite des préliminaires dans l'ascenseur, ça n'a plus rien à voir. Une fois chez elle, c'est comme tu t'en doutais, vous vous retrouvez immédiatement dans sa chambre. Et tu te retrouves bientôt coincée entre un mur et Lux. Elle a beau faire une dizaine de centimètres de moins que toi, elle arrive à te dominer de sa petite personne. « Est-ce que ma magnifique diablesse a une demande particulière ? » Tu réponds à son sourire. Non, vraiment, tu as bien fais de la contacter ce soir. Peut-être même que tu remercieras Katniss demain pour t'avoir offert cette opportunité. Ah putain, Katniss. Elle n'arrive pas à te sortir de la tête. Elle te fera chier jusqu'au bout. Tu ignores le pincement au cœur qui s'ensuit et les nouvelles injures sur le bout de la langue pour revenir au moment présent. Tu dois mettre la chimère de côté. C'est fini. Vraiment cette fois. Oublie la. Saute sur Lux. Refais ta vie avec si ça te chante, tu n'as plus rien à craindre. Les foudres de Katniss sont loin, loin avec la bourgeoise. Elle fait partie du passé, tu ne peux pas lui pardonner. Alors tourne la page. Et ça commence sérieusement maintenant.




Spoiler:
 




Hysteria

It's bugging me, grating me. And twisting me around. Yeah I'm endlessly caving in. And turning inside out 'cause I want it now. And I'm breaking out. I'm breaking out. Last chance to lose control . It's holding me, morphing me. And forcing me to strive. To be endlessly cold within. And dreaming I'm alive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsultima.actifforum.com/t165-je-my-blood-is-a-flood-of-



Messages : 648
Origine du personnage : Nocturne
Alignement : Neutre
Emploi : Escort girl



Your Soul
♠ Pouvoirs:
♠ Forces & Faiblesses:
avatar


The nightwatcher

Message27.01.16 7:06



We Don't Need Words



ft. Jolynn Edwards

Tes mains se font de plus en plus baladeuses sur la magnifique silhouette de la blonde, tes lèvres se plaquent aux siennes et ta langue s'aventure sans vergogne dans sa bouche. Tu n'avais pas prévu de finir ta nuit dans les bras de quelqu'un et surtout pas de ton précédent client. Alors que tu as follement envie de faire disparaître son haut, tu sens ses lèvres quitter les tiennes sans aucune raison valable et ses mains autour de ton visage dont l'expression doit bien valoir son pesant d'or. Inutile de dire que tu fronces légèrement les sourcils quand elle te demande si tu lui fais confiance. Qu'est-ce qu'elle mijote pour te poser cette question? Sans prononcer un seul mot, tu te contentes de hocher la tête, curieuse de connaître ses plans.



© kiri



Lux
I run again and again. I can’t stop and help it. This is all I can do anyway. This life is a lie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsultima.actifforum.com/t283-lux-greasy-and-bloody-girl






Contenu sponsorisé

Message

Revenir en haut Aller en bas
 

We Don't Need Words [Jolynn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» What are words if you really don't mean them when you say them!
» Kotonoha no Niwa (The Garden of Words)
» Reese-My feelings are too loud for words and too shy for the world.
» Julian Ҩ “My feelings are too loud for words and too shy for the world.”
» DART to Haiti - Words of Thanks to Canadian Head of State
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORS ULTIMA :: 
City of Toronto
 :: 
Entertainment District
 :: 
One Up Lounge
-