AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 
Rigel ♝ Novocaine



Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 




avatar


Invité
Invité
Message30.09.15 22:16



Who are you?

▽ Pseudo : AmusableSky
▽ Âge : 24 ans
▽ Nom de l'avatar : Michiel Huisman
▽ Quelle est la plus grande allergie d'un Métamorphe et pourquoi : L'argent, ce qui empêche la transformation et selon la légende c'est à cause de sorciers aillant enchanté une aiguille qu'ils ont ensuite planté dans le cœur d'un démon.
▽ Quels sont les types de Changeurs acceptés dans la Meute de Toronto : Beaucoup plus libre, la meute les accepte tous depuis peu.
▽ Le règlement - Le code de validation : :acordeon: .
▽ Où avez-vous vous connu ce forum ? : Nausicaa m'a traîné par la peau des fesses What a Face
▽ Autre : Je m'excuse par avance si je fais des bêtises, je cherche encore à bien maîtriser toutes les infos. ♥


Ackerman Rigel

« I just followed your scent, you can just follow my smile  »


Je suis...


▽ Nom & Prénom : Ackerman, un nom qu'il n'a jamais senti être entièrement sien. Un nom qu'il a gagné par sa survie, non pas son appartenance. Il ne se souvient pas de son véritable nom de famille. Rigel, comme l'étoile la plus brillante de la constellation d'Orion, utilisée lors de la navigation. Impossible de te perdre avec ce nom, qu'on lui a toujours dit et à quelque part, ça le réconforte toujours.
▽ Âge : 230 ans, plus de deux siècles à errer et bien qu'il ne rechigne pas sur son sort, il s'étonne à quelque part qu'on  puisse rechercher l'immortalité.
▽ Métier : Pseudo antiquaire, fasciné par l'histoire que raconte les objets. Homme touche-à-tout, qui n'a jamais refusé un travail quand il était dans le besoin. Photographe, même s'il ne se considère pas vraiment de métier, à immortaliser les contes dans les paysages et les ruines.
▽ Alignement : Neutre, parce que c'est plus facile, parce qu'il ne veut surtout pas s'investir. Vivre tranquille, c'est son truc et il tente de maintenir cette existence aussi longtemps que possible.
▽ Traits de caractère : Patient, Sarcastique, Fuyard, Volontaire, Désinvolte, Inconséquent, Rancunier, Solitaire, Dévoué, Loyal, Contradictoire, Raisonneur, Analytique, Critique, Intelligent, Tenace.  
▽ Signes Particuliers :Crinière désinvolte, barbe indomptée, il s'occupe rarement de ceux-ci sauf pour maintenir un semblant de style sans forcément passé pour un clochard. Ce qui s'est malheureusement déjà produit à une ou deux occasions. Possède une fine cicatrice entre son pouce et son index, vestige qu'il a reçu tout jeune alors qu'il jouait les pickpocket, avant de muter. Il possède une très bonne mémoire, surtout affective. Claustrophobe, il déteste les espaces clos et la panique a tôt fait de s'installer.  Tu possèdes un médaillon dans lequel on peut retrouver deux photos, celle de ta femme Camille et de ton fils Lionel, tous deux décédés aujourd'hui.


Fiche Surnaturelle


▽ Type du Métamorphe : Loup
▽ Forme du Métamorphe : Lorsque Rigel fait enfin tombé le masque et se montre sous sa vraie nature,  c'est en loup imposant qu'il se dévoile. Tout en musculature et en finesse, il se veut titan auprès de ses simples congénères canins. D'un pelage sombre, tirant presque sur l'ébène, on peut y déceler quelques reflets chocolatés, plus particulièrement au niveau du collet et du museau tandis que ses prunelles, elles, conservent leur bleu profond
▽ Explication du type de Métamorphe et appartient-il(elle) a la Meute de Toronto, si non, pourquoi : Autrefois, il l'était, comme tous les autres loups, composant la plus grande partie de la meute. Une grande famille, qui imposait leur royaume, ainsi que le respect, mais qui ne revient jamais sur une promesse. C'est peut-être aussi pour cela qu'il n'a pas la sensation d'avoir réellement quitté celle-ci, peu importe la distance et les airs de loup solitaire qu'il se donne. Il conserve l'honneur et le devoir envers celle-ci malgré tout, au fond.
▽ Capacité Unique : Armure. Rigel peut, pendant un court laps de temps, encaisser tout type de dommage. Même la faucheuse ne peut réclamer son dû. Sa peau devient aussi dure que du diamant, impénétrable sous tous ses aspects. Une fois que le compte à rebours atteint zéro par contre, il éprouve une très grande fatigue physique, si bien qu'il peine à traîner sa propre carcasse. Il lui faut également un certain temps avant de pouvoir utiliser sa capacité à nouveau, ce qui peut le rendre vulnérable si mal utilisée.

▽ Pouvoir : Langue déliée, parce que savoir tout ce qui se trame dans la tête de quelqu'un est une utilité en soi, même s'il n'aime pas toujours ce qu'il entend.







Mon histoire



1785-1798
Tu t'appelais Rhys. Tu te souviens de bribes plus qu'autre chose. De sensations et d'odeur. Comme lorsque tes pieds tambourinaient dans les ruelles boueuses de Boston, berceau de la révolution. Tu te souviens des bras de ton père le soulevant du sol, entre tes deux frères et ta sœur, pour te quémander d'être sage avec leur mère pendant son absence, un goût de tabac encré contre ta joue alors qu'il t'embrassait pour finalement saisir sa canne. Un ancien soldat, luttant pour ses convictions, pour ses espoirs. L'un des rares à revenir dans les bras aimants de son épouse parmi tant d'autres bien moins chanceux. C'est ton dernier souvenir, ta dernière mémoire. Un père, ancien combattant, reconvertit en marchand pour vivre le rêve américain. Un père, mort en mer, comme n'importe qui d'autre. Et ta mère, un peu trop candide, un peu trop fragile pour une vie si difficile, était tombée malade. Peut-être qu'elle avait tout simplement décidée de rejoindre sa moitié, qui sait. Les images sont floues, tu ne s'en souviens pas clairement. Aucune famille, que le visage rigide de la femme te communiquait. Ça, tu s'en souviens. Tu te souviens des murs froids, des nuits solitaires où quelques sanglots réussissaient toujours à s'incruster jusqu'à tes oreilles. Des chuchotements des enfants qui disparaissent, des absences. Toi écrasant tes paumes contre tes tympans pour étouffer les bruits et n'en faisait qu'à ta tête. Un enfant turbulent, un enfant dérangeant, toujours prêt à recevoir une correction, toujours prêt à recommencer. Si tes frères et ta sœur ont longtemps été un baume pour tes blessures, tu n'as jamais réussi à avaler l'injustice qui pesait sur vos épaules. Vous méritiez plus, tellement plus que ce qu'on vous avait promis. Condamnés à subir une existence à genoux, cherchant à rattraper les miettes laissé par d'autres. Tu t'es improvisé pickpocket, parce que la grandeur sont pour ceux qui ont la ténacité pour y arriver, par tous les moyens. Parce que l'aisance se prend comme n'importe quel autre trésor dans ce bas-monde. Tu t'échappes de l'orphelinat, vogue dans les rues criardes de Boston une fois, puis deux. Tu trocs tes trouvailles pour des gâteries et autres merveilles à ensoleiller tes journées à toi et ce qui reste de ta famille. Puis, lors d'une sortie comme une, tu ne reviens pas.

Tu te souviens de la douleur. T'étais tu perdu ? Tu ne sais plus. Il n'y a que cette souffrance qui te hante encore aujourd'hui, dans tes rêves les plus profonds. Elle ne t'a jamais quitté, alors qu'elle te déchirait l'intérieur, vulnérable aux yeux de tous ceux qui auraient le malheur de passer par là. Respirer faisait mal, survivre te faisait souffrir. Et ce froid, glacial jusqu'au bout des doigts qui t'agrippait les tripes. À quelque part, tu te dis que tu aurais dû l'accepter. Fermer les yeux et te laisser t'éteindre, toi, pauvre enfant perdu. Cela aurait été pour le mieux, surtout pour toi, pauvre naïf qui n'avait pas conscience de la pomme empoisonnée qu'on avait troqué pour ton coeur. Tu as attendu, ce qui te semble des secondes en heures. Des heures en jours. Que tout s'arrête, que tout continue, que la chaleur revienne. Et puis, à un moment, il y a eu ce visage. Flou et chaleureux alors que des mains, frêles au parfum de terre et de jasmin, caressait ton visage aussi tendrement que ta mère autrefois. Ta peau moite sous ses doigts, tes yeux bleus paniqués alors que tes lèvres craquelés de sang formaient un prénom que tu n'entendrais plus jamais.

Tu es Rhys. Le dernier souvenir d'un prénom que tu murmurais alors que cet ange au-dessus de toi souriait d'un bonheur que tu ne pouvais encore t'imaginer.

Non, tu es Rigel. Et plus jamais tu ne seras perdu, mon garçon.

1798-1902
Tu n'étais pas le premier. Tu l'avais réalisé, à force d'écouter tes nouveaux parents bénir le cadeau que tu représentais pour eux. Belladonna, celle que tu avais appris à appeler Mère ne pouvait avoir d'enfant avec son bien-aimé, ton Père. Pas la peine d'essayer, elle avait vu ce que de tels espoirs fous pouvaient causer. Ils avaient simplement détournés les règles, quel mal pouvait-il y avoir ? Quelques corps, quelques échecs avant de ne tomber sur le bon. Celui qui leur était destiné. Rigel, leur étoile. Qu'importe les regards curieux, voir accusateurs par moments, que le reste de la meute pouvait jeter à leurs égards. Pour le chef, ce n'était jamais qu'une recrue de plus pour grossir ses rangs. Laxiste, brutal, ce n'est pas avec lui qu'ils rencontreraient jugement pour leurs actes. Et la terreur : de ce qui t'entoure, des autres, de toi-même.. sembla mettre des décennies avant de disparaître avec la brise. C'était comme naître à nouveau.  Malhabile avec ce corps qui n'était plus vraiment tien. En même temps, tu n'étais plus vraiment toi, non plus. Rhys devait déjà être enterré dans une tombe vide au cimetière, une simple croix en bois pour commémorer sa courte existence. Tu avais interdiction d'essayer de retrouver tes frères et ta sœur. Même si, au fond, tu n'as jamais même eu l'idée de tenter une telle chose. Rhys était mort avec ce corps frêle ce jour-là. Que dirait ta famille s'ils te verraient en ce moment ? Des songes que tu préférais écarter de ton esprit. Un rien semblait agiter la bête qui sommeillait au fond de toi. Ignorer ses instincts, dompter ses pulsions, voilà des choses que tu pensais alors irréalisable sur le coup. Du temps, de la patience que t'éduquaient tes gardiens. Des parents modèles, bienveillants à leurs manières, tu sais qu'ils t'aimaient et ce, de tout leurs cœurs. Un amour que tu n'as jamais réussi à rendre dans toute sa profondeur. Ton père, que tu n'as jamais admiré autant que celui que tu as perdu. Et ta mère, sur laquelle ton regard n'a jamais porté la mère chaleur qu'à celle qui était réellement tienne.

C'est sans doute l'une des plusieurs raisons qui t'ont poussé à prendre ton propre envol, au lieu de demeurer dans une meute qui n'aspirerait jamais à tes idéaux, ceux qui n'ont pas réussi à mourir avec le corps du gamin. Alors tu fais tes adieux, sans dire au revoir, surtout pas à ceux qui prit soin de toi jusqu'ici, peu importe que ce soit pour combler un désir. Tu les reverras, certainement, un jour ou un autre. Pour l'instant, tu devais faire ton propre chemin. Tes pas te guidèrent, à travers la forêt et les chemins terreux jusqu'à ce tu arrives à Toronto. Un endroit où te poser, comme un autre. Un endroit où tu devais prouver que tu pouvais rester, face à l'Alpha. Ce que tu ne pensais pas prévoir, c'était elle, surtout. Sauvage, indomptable. Belle, guerrière, éphémère sous tes doigts. Petra t'avait fait prisonnier de ses filets et jamais tu ne voulais t'en libérer. Peut-être que c'est sa nature si fière, si libre qui t'avait attiré à elle, toi pauvre loup encore un peu perdu. Tu pensais votre union éternelle, un jeu tout feu tout flamme jusqu'à la fin des temps. Ta louve, marquée à jamais. Tu ne sais pas réellement ce qui s'est produit. Peut-être t'es-tu voiler les yeux, peut-être que tu l'aimais plus qu'elle, au fond. Tu n'aimes jamais te remémorer cet instant, alors que son regard si brûlant, si enjôleur autrefois te regarde si froidement. Si banalement. Un autre, que tu te forces aujourd'hui encore à te répéter, toi étais assez bête pour penser finir encré dans les étoiles avec elle. Un autre loup, plus fort, plus sauvage. Pas un pauvre chien dompté comme tu l'étais. Tu n'étais pas des leurs, pas réellement. C'est peut-être ce qui t'as poussé à prendre les voiles. C'est ce que tu aimes te dire, plutôt que de voir la réalité en face. Que tu n'as jamais avalé la pilule de son rejet, alors qu'elle reniait l'animal en toi, l'homme à la surface. Pas assez digne d'elle. Assez digne pour qui, au fond ?

1902-1999
Chercher ta place est plus difficile que tu peux le croire au départ. Tu vogues, tu erres, véritable vagabond des terres perdues. Tu déposes certes tes sacs à quelques endroits, mais jamais assez longtemps pour oser l'appeler ta maison. Jamais à t'attarder trop longtemps, ne créer que des illusions d'appartenance avec ceux qui croisent ton chemin. Un simple rêve passant, qui finit toujours par reprendre sa route. Jusqu'à ce que tu débarques en France et que la Première Guerre Mondiale se déclenche. Si tu prends part à celle-ci, c'est moins pour défendre un pays qui n'est même pas le tien, surtout pour ne pas être rabaissé par le courage des hommes que tu côtoies. Simples mortels, prêts à faire face à la mort. Alors tu prends les armes à ton tour et tu te bats. Et quand elle se termine enfin, tu ressens la même euphorie que n'importe qui d'autres et tu oses te dire : peut-être bien, peut-être que tu peux rester encore un peu. Et quel choix judicieux tu as fait. Sinon, tu ne l'aurais jamais rencontré. Camille, jeune française, simple humaine, pleine d'esprit, pleine de grâce. Le genre de femme où les simples hommes comme toi se disent qu'ils ne lui arrivent même pas à la cheville, peu importe que tu aies déjà vécu plus d'un siècle. La classe d'une reine, l'esprit solidaire. C'est ce genre d'amour auquel tu crois, celui qui arrive tranquillement, mais sûrement. Celui que tu ne vois jamais venir, quand bien même tu ne peux t'empêcher de rêver de sa compagnie. Celui qui frissonne le long de ton échine, qui te donne l'impression de courir le long d'une plaine, animal jusqu'en ton cœur. Coeur battant, cœur affolant alors que tu commets pour plusieurs l'interdit. Tu la fais tienne, devant son seigneur, devant son dieu. Elle est à toi, pour toujours, l'anneau scellé au doigt. Et jamais tu ne penserais être aussi heureux. Femme artiste, elle rêve de voir ses écrits figés dans le temps. C'est également elle qui t'initie à ce que tu connais aujourd'hui comme une passion : la photographie.

Tu te souviens des journées à paresser au lit, à découvrir chaque parcelle de sa peau pour te les mémoriser jusqu'à la fin des temps. Seulement, rien ne dure à jamais et surtout pas ta belle. C'est un destin qui assombrissait votre futur, alourdissait ton cœur. Mais qui étais-tu, pour vous priver d'un bonheur présent ? La faucheuse attendra bien son tour, pour l'instant, tu étais prêt à vivre un petit bout de paradis. Vivre tel un homme normal, voilà ce qu'elle t'a permit alors qu'en son sein, poussait une petite graine  de bonheur. Avoir un fils, c'était une chose à laquelle tu avais renoncé, inconsciemment. Et alors que l'aube de la deuxième guerre se profilait à l'horizon, tu entraînais tes trésors déjà au loin. C'est en Irlande que vous vous êtes réfugié, coulant des jours heureux pour la plupart. Camille, un peu plus belle, un peu plus précaire au fil du temps. Au début te faisais comme si tu ne voyais rien. Comme si tu ne remarquais pas les quelques rides qui marquaient doucement les traits de son visage. Comme si le blanc dans ses cheveux n'était qu'un peu plus claire que d'ordinaire, la faute à toutes ces journées passées à l'extérieur avec Lionel, votre fils. Tu faisais comme si tu ne voyais pas son regard alors que vous étiez ensemble tel mari et femme il y a un temps, mais maintenant mère et fils aux yeux des autres. Tu refusais de voir la tristesse teinter ses prunelles alors qu'elle s'observait, vieillissante dans son miroir, pour se retourner vers ton visage, figé dans le temps. Tu as cru longtemps qu'elle t'en voulait, alors que les dernières années s'écoulaient de ton rêve. Toi d'apparence éternellement jeune, tu allais survivre ta femme et bientôt ton fils, déjà plus âgé que toi aux yeux de tous. Tu t'étais préparé ou du moins tu le pensais, jusqu'à ce qu'elle te murmure, les yeux baignés de larmes : Rigel, je m'excuse... Je m'excuse de devoir te laisser seul.

Tu t'es permis d'être son mari, une toute dernière fois, alors qu'on la descendait en terre. Des funérailles simples, intimes, où tu pleurais sur l'épaule de ton fils déjà trop chancelant à ton goût. Seul. C'est bien ce qui t'attendait, non ? Ton rêve prenait fin, ton petit bout de paradis s'effritait et lorsqu'enfin ton fils se décida de rejoindre ta mère, tu n'as jamais réussi à effacer le goût amer dans ta bouche. Toi, pseudo ami de la famille aux yeux des autres, regardant au loin ta petite-fille et ton arrière petit-fils pleurant à chaudes larmes. Serais-tu obligé des les voir s'éteindre à tour de rôle ? Était-ce là le bonheur à payer de voir une lignée à ton nom. Survivre ta descendance ? Voilà ce qui arrive quand tu rêves Rigel, à vouloir trop t'approcher du soleil, tu t'es brûlé les ailes.

1999-2015
Un jour tu reviendras. Une autre promesse, une autre fuite. L'Irlande, terre jadis de bonheur et de chaleur n'était plus qu'un monde synonyme d'une peine que tu ne pouvais étouffer. Alors tu es parti, encore, prenant ton vieux manteau de vagabond. Tu es demeuré loup pendant quelques temps après la mort de Lionel. C'était plus facile de vivre, d'encaisser, d'oublier. Et lorsque tu t'es jugé prêt, lorsque la peine ne menaçait pas d'enserrer ta gorge jusqu'à en mourir, tu es revenu parmi le monde des hommes. Tu as laissé libre cours à tes envies, tes passions, vivant de tes mains, parcourant le monde, le figeant à travers la lentille de ton appareil photo. Tu t'es même improvisé pêcheur durant plusieurs mois, demeurant en haute mer avec un équipage à gagner ta vie, à compter les jours pour sentir de nouveau le sol sur tes pattes. L'Angleterre, l'Inde et le Japon ont fait partie de tes nombreuses destinations, jusqu'à ce que tes pas te conduisent en Espagne, là où le hasard avait encore quelque chose en réserve pour toi. Une simple péripétie, que tu aurais très bien pu remettre un autre jour. Sauf que non. Tu t'es retrouvé, peut-être par les ficelles du destin, dans un périphérique accompagné de deux jeunes femmes. Parce que ta vie n'avait pas fini d'être chamboulé, sauf que toi, pauvre naïf, tu ne t'en aies jamais douté. Tu ne savais pas que t'en acceptant cette simple invitation qu'elles te lancèrent, que tu te liais à elles, avec ou sans ton gré, tu ne pourrais dire.

À quelque part tu aimerais croire que tu es tombé sur le chemin de Nausicaa pour l'aider à traverser ce qui se préparait. Tu connais la perte, tu connais la douleur qu'un être si cher comme Despoina peut entraîner. Tant pis que tu ne sois qu'une bouée, tant pis que tu sois qu'un bouc émissaire. Tu sais, qu'au fond, toi aussi, tu aurais aimé avoir cette épaule aux moments les plus durs. Et c'est ce qui t'a donné envie de rester, de l'épauler. De t'attacher. À travers des caresses volés, des regards un peu trop prolongés. Et des lèvres, enfin frôlés. Parce qu'en Nausicaa brûlait le même feu que tu avais jadis déceler en Petra, mais oh, comment tu avais raison, sans même le réaliser. Elle, qui t'était éternelle, que tu suivais inconsciemment dans ton sillage était en faite promise. Non, liée, mariée à un autre. Déesse sauvage qui te filait encore une fois entre les doigts. Une terre sacrée que tu ne pouvais profaner. Pas en bonne conscience. Pas en sachant qu'elle n'était pas tienne, qu'elle ne le sera sans doute jamais. À force d'être blessé, on finit par mordre et c'est aussi pourquoi tu t'es renfermé. Entre tes murailles où elle ne pourrait te toucher, où elle ne pourrait s'immiscer plus qu'elle ne la déjà fait. Elle, que tu ne peux même pas te résoudre de quitter pour continuer ton chemin, alors qu'elle t'annonce qu'elle retourne dans ses bras à lui. Source de vengeance, source de souffrance en ce qui te concerne. Seulement, tu dois être masochiste, après toutes ces années, pour accepter de la suivre. Pour accepter de revenir à l'endroit même où on t'a un jour juger indigne, où la même ton autre amazone réside sans doute toujours, prête à te juger, l'épée de Damoclès contre ta nuque. Peut-être es-tu simplement fou, peut-être que tu n'arrives pas à t'imaginer vivre sans sa chaleur, mais tu sais qu'à quelque part, tu es quand même trop égoïste pour la laisser quitter tes bras, quitte à la voir rejoindre ceux d'un autre.






Mon point de vue


♦ Chimères : Mélancolie, c'est sans doute la première chose qu'il lui vient à l'esprit lorsqu'il les regarde. Des toiles, autrefois couvertes de splendeurs, maintenant souillées. Véritables statues empreintes de perfection, maintenant fissurées. Elles rêvent d'une vie meilleur et franchement, il ne peut pas les blâmer.  Leur alliance, par contre, le fait légèrement sourciller sans pour autant empoisonner les relations qu'il peut entretenir à l'occasion.

♦ Damnés : Ce n'est pas tellement qu'ils lui donnent la chair de poule, mais plutôt qu'ils lui hérissent le poil. Rigel a tôt fait de comprendre que plus il les évitait, mieux il se portait. Il n'aime pas leur façon de penser, complètement à l'opposer de ce qu'il considère la normalité. Ils sont misérables, hargneux. Bref, loin d'être sa compagnie idéale, cela va de soit.

♦ Selenims : Il les sait arrogants, centrés sur eux-mêmes, mais ce dernier point est sans doute pourquoi il les apprécie bien : La guerre ne les intéresse pas plus que lui. Les anges se sont jamais aussi bienveillants qu'on cherche à nous faire croire et pourtant, il s'en retrouve naïf. Peut-être parce que son opinion est biaisée, loin de l'objectivité, surtout en ce qui concerne Nausicaa.

♦ Nocturnes : Il peut les comprendre, dans un passé très lointain, celui teinté d'une soif de puissance mais c'est tout. La plupart du temps, il préfère surtout passer son chemin et ne pas s'attarder en leur compagnie. Sait-on jamais qu'une drôle d'idée leur passerait par la tête. Peut-être un peu paranoïaque à leur égard, mais il estime qu'il n'est jamais trop prudent, surtout si on considère leur collation préférée. Disons que ça porte à réfléchir, au moins un instant.

♦ Berserker : Sanguinaire, c'est le moins qu'on puisse dire. De simple monstres guidés par leurs instincts les plus sombres. Il a beau ne pas les aimer, ce n'est pas pour autant qu'il poursuivra de lui-même l'affrontement. Avoir un type sans cervelle avec des envies meurtrières, on fait mieux comme cible à embêter. Non il ne les porte pas dans son coeur, c'est certain.

♦ Humains : Nostalgie lointaine, faiblesse, fragiles.  Les humains sont à ses yeux des pauvres spectateurs aveugles, de la chaire à canon et des victimes éternelles. Sans la moindre chance de leur côté. Ils sont éphémères et à quelque part, c'est ce qui les rend si attirants pour tout le monde à ses yeux. Lui-même a toujours aimé rechercher leur contact à l'occasion. Peut-être pour se prouver qu'en lui-même, il y a toujours cette petite part d'humanité que contenait l'enfant qu'il était.



Dernière édition par Rigel Ackerman le 06.10.15 11:31, édité 39 fois
Revenir en haut Aller en bas




avatar


Invité
Invité
Message30.09.15 22:21

Goooooood cet avatar ! WELCOME HONEY !!!
Merci de me suivre ici !! You are WONDER-FULL ! (Et pis on va s'éclater, as usal ! )
Revenir en haut Aller en bas



Messages : 883
Origine du personnage : selenim samaëlien
Alignement : neutre
Emploi : conseiller conjugal



Your Soul
♠ Pouvoirs: ϟ Persuasion ; peut convaincre n'importe qui de faire n'importe quoi tant que c'est non mortel, qu'il est suffisamment concentré et que la victime est moralement affaiblie. ϟ Lumière ; aveugle qui le regarde. ϟ Poings de feu ; mains enflammées. ϟ Bouclier divin ; bloque toutes les attaques. ϟ Terre meuble ; provoque des sables mouvants sous les pieds de la victime.
♠ Forces & Faiblesses:
avatar


The offspring of angels

Message30.09.15 22:41

Dédé ? (ou Julian qui voulait me voler ma copine/pas vraiment copine, paraît que tu veux recommencer ? )
Sinon bienvenue ici, on va enfin pouvoir rp ensemble
Si t'as des questions n'hésite pas, promis on te fouettera pas trop fort si tu fais des bêtises
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsultima.actifforum.com/t146-eks-endlessly



Messages : 1783
Origine du personnage : Métamorphe Lion - Alpha
Alignement : Neutre
Emploi : PDG de la Precision Institute of Protective Measures



Your Soul
♠ Pouvoirs: La température transmisse dans ses mains peut créer des brûlures jusqu'au troisième degré. Avec cette chaleur, les objets en plastiques peuvent fondre, carboniser les feuilles de papiers et les objets métalliques, comme un petit tuyau, peuvent se tordre sous la chaleur. Par contre, au moment où ses mains surchauffent, il doit éviter de toucher son propre corps, car ce dernier peut se blesser lui-même. De plus, s'il en abuse, sa température risque de chuter drastiquement au point de frôler l'hypothermie.
♠ Forces & Faiblesses:
avatar


The Alpha

Message30.09.15 23:00

Bienvenue sur MU futur membre de la Meute

Comme Elyos l'a souligné, si tu as des questions, n'hésite pas à les poser!

Bref! Je te souhaite bonne chance avec ta fiche




« Shan »
Lost the battle, win the war. I'm bringing my sinking ship back to the shore. We're starting over, head back in. There's a time and a place to die but this ain't it. Wish I could find a crystal ball. You know I'd use it all for good. Instead, I have some memories for the days I don't feel anything. At least, they remind me not to make the same mistakes again. © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsultima.actifforum.com/t157-shan-bow-to-me




avatar


Invité
Invité
Message30.09.15 23:13

Nausibaby, merciiii my love Tu sais que je te suivrais n'importe où Et c'est toi qui est fabulous ( On va plus que s'éclater What a Face )

Elyos, bingo ( Oh oh oh c'est pas ma faute si ta femme qui n'est plus vraiment ta femme recherche un réconfort après que t'ais prit la poudre d'escampette ) Et ouiiii, depuis le temps ! Merci beaucoup en tout cas et promis, je n'hésiterai pas ♥

Shan, merci grand manitou Merci beaucoup à toi aussi et comme je disais, je viendrai vous poker gentiment au besoin
Revenir en haut Aller en bas



Messages : 1634
Origine du personnage : Selenim Samaëlienne
Alignement : Neutre
Emploi : Avocate de luxe



Your Soul
♠ Pouvoirs: Empathie - Métamorphose illusoire - Ténèbres - Boule énergétique - Bouclier divin - Jardin floral
♠ Forces & Faiblesses: Intelligente - Ambitieuse - Sans pitié - Passionnée - Impatiente - Faiblarde
avatar


Lulu Of Power and Men

Message01.10.15 7:22

Bienvenue ici ! Je vois que la femme d'Elyos attise toutes les convoitises !

Bon courage pour la fiche !


I, I will be queen, and you, you will be king, we can be heroes, just for one day ✖ d.b.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsultima.actifforum.com/t170-lucia-everyone-knew-the-en




avatar


Invité
Invité
Message01.10.15 12:06

En fait c'est une succube, mais elle s'est bien infiltré tu vois Merci beaucoup
Revenir en haut Aller en bas




avatar


Invité
Invité
Message03.10.15 13:34

Bienvenue à toiiii ! Ca me fait bizarre de voir un Ackerman, c'était l'ancien nom de Reese.
Bref, bon courage pour ta fiche itou !
Revenir en haut Aller en bas




avatar


Invité
Invité
Message06.10.15 3:32

Ooooh je ne savais pas ! En effet, ça fait une drôle de coïncidence Merci beaucoup

Et sinon, j'ai enfin terminé ma fiche, hooraaay !
Revenir en haut Aller en bas



Messages : 1783
Origine du personnage : Métamorphe Lion - Alpha
Alignement : Neutre
Emploi : PDG de la Precision Institute of Protective Measures



Your Soul
♠ Pouvoirs: La température transmisse dans ses mains peut créer des brûlures jusqu'au troisième degré. Avec cette chaleur, les objets en plastiques peuvent fondre, carboniser les feuilles de papiers et les objets métalliques, comme un petit tuyau, peuvent se tordre sous la chaleur. Par contre, au moment où ses mains surchauffent, il doit éviter de toucher son propre corps, car ce dernier peut se blesser lui-même. De plus, s'il en abuse, sa température risque de chuter drastiquement au point de frôler l'hypothermie.
♠ Forces & Faiblesses:
avatar


The Alpha

Message06.10.15 4:13

Me voilà!

Après la lecture de ta fiche, tout ce que je peux te dire, c'est qu'elle est nickel Étant un Métamorphe libre quand il était avec sa femme, donc sans Meute, rend la situation possible ^^

Par contre, pour la question sur les types de Changeurs acceptés dans la Meute de Toronto, ceux nommés sont les plus «nombreux» La réponse est tout prêt C'est le seul détail à changer qui va me permettre de te valider




« Shan »
Lost the battle, win the war. I'm bringing my sinking ship back to the shore. We're starting over, head back in. There's a time and a place to die but this ain't it. Wish I could find a crystal ball. You know I'd use it all for good. Instead, I have some memories for the days I don't feel anything. At least, they remind me not to make the same mistakes again. © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsultima.actifforum.com/t157-shan-bow-to-me




avatar


Invité
Invité
Message06.10.15 11:34

Haha, j'avoue que je me suis tâter durant la rédaction de ma fiche, mais tant mieux si c'est plausible au final.

Oooh et quelle boulette J'ai refais une lecture dans la section appropriée et changer ma réponse, j'espère que ça va maintenant, sinon n'hésitez pas à me taper sur les doigts :lol:

Et merci sinon d'avoir prit le temps de lire tout ça
Revenir en haut Aller en bas



Messages : 883
Origine du personnage : selenim samaëlien
Alignement : neutre
Emploi : conseiller conjugal



Your Soul
♠ Pouvoirs: ϟ Persuasion ; peut convaincre n'importe qui de faire n'importe quoi tant que c'est non mortel, qu'il est suffisamment concentré et que la victime est moralement affaiblie. ϟ Lumière ; aveugle qui le regarde. ϟ Poings de feu ; mains enflammées. ϟ Bouclier divin ; bloque toutes les attaques. ϟ Terre meuble ; provoque des sables mouvants sous les pieds de la victime.
♠ Forces & Faiblesses:
avatar


The offspring of angels

Message06.10.15 17:54


Bienvenue



Avec l'accord de Shan et ta correction, je me permet de te passer la couleur

Félicitations ! Te voilà enfin validé(e) ! La suite de ton intégration peut commencer. Pense à bien remplir ton profil et à poster une fiche de liens!

Pour t'aider à te retrouver sur MU, tu peux jeter un œil juste ici, car tu pourras dépenser et aussi gagner des fragments. N'oublie pas de vérifier si tu peux en gagner après ta validation. Aussi, tu peux voter pour le forum!

En guise de cadeau de bienvenue, tu as aussi le droit à un scénario gratuit utilisable à n'importe quel moment!

Si tu as des questions, n'hésite pas à contacter le Staff!





Between my pride and my promise. Between my lies and how the truth gets in the way. And things I want to say to you get lost before they come. The only thing that's worse than one is none. Fear is not afraid of you.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsultima.actifforum.com/t146-eks-endlessly






Contenu sponsorisé

Message

Revenir en haut Aller en bas
 

Rigel ♝ Novocaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Rigel ☆ The lonely star
» Rigel Andromeda Black
» novocaine (isaska)
» Nuit sauvage - Rigel Black
» L'univers de Rigel - La Galerie étoilée ☆
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORS ULTIMA :: 
Can't get enough
 :: 
L'historique
 :: 
Fiches de présentations
-