AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 
Kai - I Believe The Common Character Of The Universe Is Not Harmony, But Chaos, Hostility And Murder



Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Messages : 44
Origine du personnage : Humain
Alignement : Foutre le bordel partout!
Emploi : Propriétaire du Joker's Show



Your Soul
♠ Pouvoirs: Aucun, sauf celui de rendre les gens fous!
♠ Forces & Faiblesses: Il souffre du syndrome de Peter Pan. Il croit être le véritable Joker. Il devient de plus en plus violent. Il a plusieurs tatouages sur le corps. Il a une vieille fracture à la jambe gauche. Il croit qu'il est impossible de le sauver.
avatar


Let’s put a smile on that face!
Message25.09.15 5:43



Who are you?

▽ Pseudo : Niki', Shan, Kitkat, Maddie, Kai ou Phoenix. C'est au choix :)
▽ Âge : 23 ans
▽ Nom de l'avatar : Kwon Ji Yong
▽ Que savent les humains sur la Guerre de Sang : Nothing at all
▽ Le règlement - Le code de validation :
▽ Où avez-vous vous connu ce forum ? : Y'a longtemps
▽ Autre : Bloup ou pouet, au choix.


Kai A. Jung

« Humor is just another defense against the universe »


Je suis...


▽ Nom & Prénom : Kai Angel Jung
▽ Âge : 28 ans
▽ Métier : Ancien danseur et chanteur en herbe, il commet maintenant des larcins ou encore des arnaques pour survivre, sauf que l’escalade vers la violence n’est pas très loin…Elle rode. Elle attend simplement son heure. Pour l'instant, il est le propriétaire du Joker's Show
▽ Alignement : Foutre le bordel partout sur son passage, ça va comme alignement?


Fiche Surnaturelle


▽ Traits de caractère : Immoral, car le contraire serait dénué de sens. Pathétique, puisqu'il est qu’un sale copieur. Torturé, puisqu'il n’a jamais compris qu’il souffre d’un trouble mental. Comédien, il vaut mieux ne pas dévoiler sa véritable personnalité au grand jour encore faut-il en posséder une. Faux, rien n'est vrai tout est factice. Idéaliste, car il vaut mieux imaginer un monde à son image plutôt que de vivre dans celui qui est souillé et paresseux. Humoriste dont l’humour est franchement douteux. Charismatique, mais il est très peu ouvert aux relations sexuelles ou aux relations tout court. Narcissique, qu’est-ce qu’il y a de mieux qu’un Joker vivant? Immature, car il se raccroche encore et toujours à son enfance. Copieur, il n’est pas le Joker, mais qu’une pâle copie. Dépendant, sa maladie mentale lui cause bien des ennuis au point où il n’est pas aisé de conserver des amis.

▽ Signes Particuliers : Kai possède quelques tatouages sur différentes parties de son corps (par exemple un sur les côtes droites où il est inscrit Forever Young, un à la hauteur de l’omoplate droite qui a l’inscription Too fast to live too young to die). Tout dépendant de la température, il lui arrive de boiter à cause de sa vieille fracture à sa jambe gauche ce l’oblige parfois à se déplacer à l’aide d’une canne. Il souffre du syndrome de Peter Pan, mais il n’en a pas conscience. Fan du Joker depuis son enfance, Kai est persuadé depuis son adolescence d’être le nouveau Joker constitué de chair et de sang, croyant dur comme fer que la nature de l’univers est une grosse farce et où la cruauté est la seule réponse logique dans ce monde de fous, il ne croit pas qu’on puisse le sauver tout comme le Joker.







Mon histoire


  Keep your feet on the ground when your head’s in the clouds

Cinq grandes déceptions. Cinq événements marquants qui hantaient par moments l’esprit de Kai à n’importe quel instant de la journée. Oh bien sûr, il y en avait d’autres à compter sur sa liste, mais ces cinq-là avaient laissé des traces indélébiles sur tous les aspects de sa petite vie pathétique.

Naître humain n'avait rien de bien excitant et encore moins quand l’on pouvait voir la mère se barrer avec son bébé sous le bras de seulement quelques jours en larguant le père qu’elle connaissait à peine. Pendant les onze premières années de sa vie, le petit garçon avait grandi avec sa mère sans jamais connaître ni avoir vu le visage de son père biologique. Aucune photo ne se trouvait dans l’appartement et les questions à son sujet s’avéraient interdites sous peine de recevoir une violente punition… Enfant unique avec en bonus une mère excessivement absente qui passait ses journées ainsi que ses soirées entières à son travail, Kai se réfugia dans la lecture ou plus spécifiquement les bandes dessinées là où les héros et les méchants s’affrontaient dans de violents combats. Curieusement, le petit garçon développa un intérêt tout particulier pour Batman, mais surtout un profond attachement au personnage qui représentait le mieux le mal, le Joker. Sans foi ni loi, ce personnage s’amusait à faire ce qu’il souhaitait sans prendre la peine de se soucier des conséquences que cela pouvait avoir sur les autres. Oh qu’il aurait apprécié être un peu plus comme lui et non se retrouver cloîtré dans un appartement en attendant que sa mère daigne se pointer pour lui refiler quelque chose à manger une ou deux fois dans la journée.

Grandir n'avait rien d'amusant aux yeux du petit. Malgré l'affection qu'il avait envers sa mère, cette dernière ne se gênait pas pour lui rappeler qu'un jour il deviendrait un homme et qu'il aurait des responsabilités à tenir. Lorsqu'il eut dix ans, les autres gamins de sa classe lui demandaient souvent ce que sa mère faisait comme boulot. Ne le sachant pas lui-même, Kai lui avait posé directement la question et la réponse qu'il obtint se limita à des massages spéciaux. Curieux de comprendre ce que sa mère voulait dire par-là, il l'a suivi à son insu jusqu'à son boulot. Étant capable de faire preuve de discrétion, le petit asiatique avait réussi à ne pas se faire remarquer par la dame à l’accueil en attendant un petit moment à l'extérieur afin de pouvoir atteindre la pièce où sa mère travaillait en toute intimité. Puisqu'il ne voulait pas se faire remarquer par celle-ci, la chose qu'il vit dans l'embrasure de la porte le traumatisa pour le restant de son enfance. Sa mère, à moitié nue et à cheval sur un type complètement nu dont il ne voyait pas le visage, prenait plaisir à caresser son corps. Dans son esprit d'enfant, Kai ne comprenait pas ce qu'il faisait, mais une petite voix lui soufflait que ce n'était pas normal que sa propre mère agisse de la sorte. Poussé par le dégoût et l'incompréhension, l'enfant se précipita dans la pièce avant de se jeter sur l'homme en hurlant qu'il n'avait pas le droit de faire du mal à sa mère. Malheureusement pour lui, sa génitrice le jeta dehors du bâtiment en lui hurlant de ne plus jamais revenir et que la prochaine fois qu'il commettait une autre bêtise, elle n'hésiterait pas à l'abandonner à son sort lui et ses bandes dessinées débiles. Cela fut sa première déception.

Quelques semaines plus tard, lorsque Kai eut finalement ses onze ans, sa mère lui rapporta comme cadeau un nouveau beau-père qui avait tous les traits du pauvre type de base, mais à la différence qu'il possédait un compte en banque bien garni. Kai ne l'aimait pas, voire le méprisait d'une certaine manière. Son ''beau-père'' n'hésitait pas à acheter les gens pour arriver à ses fins et en bonus, il était loin d'apprécier les enfants. Un jour, alors que le petit était plongé dans l'une de ses bandes dessinées, le pauvre type qui lui servait de beau-père la lui arracha des mains en clamant haut et fort qu'un gamin de son âge devait grandir un peu, car ce n'était pas en s'adonnant à des activités fait pour les bébés que l'on devenait un homme. Furieux, Kai s'était jeté sur lui comme un lion sur sa proie, mais son beau-père l'envoya valser contre un mur en le traitant de mioche mal élevé et qu'il lui devait le respect sans aucune condition. Comme si cela n'était pas assez, sa mère ne fit rien pour empêcher cette violence, pathétique spectatrice de la scène, avant de s'approcher non pas pour engueuler sa pauvre loque de conjoint, mais plutôt son propre fils afin de le réprimander d'être ce qu'il était. Puis, l'ultimatum éclata au milieu de ce chaos de la part du monstre, soit il se cassait d'ici soit c'était le gamin. La décision ne fut pas difficile à prendre. Cela fut sa deuxième déception.

C'est ton fils autant que le mien. Il est tout à toi. J'en ai plus rien à foutre maintenant. C'était les derniers mots que sa mère lui avait indirectement adressés avant de tourner les talons en l'abandonnant face à un homme qu'il n'avait jamais vu de toute sa courte vie. Deux valises à la main, Kai regardait son père avec une certaine forme de curiosité. L'un comme l'autre, ils se dévisageaient sans rien dire, probablement tous les deux surpris par la tournure des événements. Si sa mère connaissait l'endroit où vivait son père en bordure de Toronto, cela devait être le cas dans les deux sens, hors ce dernier ne devait en avoir rien à cirer de le ''récupérer'' onze ans plus tard. Voilà qu'on le larguait comme un vulgaire paquet chez un parfait inconnu sans qu'on se soucie de son sort. Cela fut sa troisième déception.  

Le syndrome de Peter Pan. Un nom plutôt marrant quand on ne connaît pas sa problématique qui prend dans ses griffes les hommes uniquement. Douze ans, voici l'âge où les véritables problèmes de comportements commencent à se pointer le bout du nez. Solitaire, mais souhaitant des amis à tout prix, Kai se retrouvait souvent seul pendant ses pauses repas dans sa nouvelle école. En vieillissant, il devenait de plus en plus angoissé sur n'importe quel sujet. Dans certaines de ses matières à l'école, les notes de celles-ci chutaient sans la moindre explication, mais personne n'était vraiment là pour s'en soucier. Incapable de s'attacher à une femme, les rares relations qu'il avait développées pendant son adolescence ne duraient jamais bien longtemps, souvent par un manque de maturité de sa part ou encore par son profond désintérêt pour le sexe (une expérience qu'il fit seulement vers ses dix-huit ans). Lentement et sûrement, ses problèmes de comportements l'encourageraient à quitter l'école dès l'âge de dix-sept ans. Eh son père là-dedans? Autant dire qu'il n'en avait rien à faire tout comme sa mère quelques années plus tôt. Pour Kai, voir cet homme auquel il aurait aimé être beaucoup plus proche se soucier de lui autant qu'on s'inquiète d'un grain de sable dans le désert lui faisait profondément mal au cœur. Qu'avait-il fait pour mériter autant d'indifférence de sa part? Son avenir partait en vrille et les seules choses qui l'intéressaient vraiment se limitaient aux bandes dessinées, plus précisément le Joker, à la danse (une nouvelle passion qu'il avait développée pour tuer le temps) et un peu le chant. À la seconde où il fêta son dix-huitième anniversaire, son père lui présenta la porte comme cadeau. Cela fut sa quatrième déception.  

Survivre seul n'avait absolument rien de facile surtout dans la rue. N'ayant pas de boulot et encore moins d'amis sur qui compter, Kai n'avait pas eu le choix de se débrouiller seul qu'il le veuille ou non. Un soir, il tomba sur un petit groupe en train de danser dans ce qui ressemblait être un gymnase. Encouragé à leur montrer ce qu'il savait faire avec une petite pointe de narcissisme, ce dernier se mis à danser avec eux au point où les autres jeunes semblèrent impressionnés par ses performances. Pour la première fois de sa vie, il appartenait enfin à un groupe, mais ce bonheur fut d'une très courte durée. Vers l'âge de dix-neuf ans, le jeune homme sortait d'un bar avec quelques-uns de ses amis danseurs. Alors qu'ils se séparaient puisque chacun regagnait son appartement, trois types attrapèrent Kai afin de l'entraîner à l'écart. ''Pédé efféminé'', voilà l'insulte qui tournait en boucle dans son crâne, alors que ses trois bourreaux s’évertuaient à le rouer de coups au point où l'un d'eux lui brisa l'os de la jambe gauche. Lorsqu'on l'amena à l'hôpital après que quelqu'un eut appelé la police, l'asiatique savait très bien que sa future grande carrière de danseur était terminée. À cause de cela, ceux qu'il prenait pour ses amis l'abandonnèrent aussi à son sort. À quoi cela servait-il de se traîner un boulet qui ne pouvait plus utiliser correctement ses jambes pour danser? Une jambe dans un plâtre, des ecchymoses, des plaies et un poignet foulé, c'était à ça qu'il avait eu droit après son passage à tabac. Pourquoi cette attaque gratuite? Eh bien, le petit groupe avec qui il avait dansé un peu plus d'un an mettait en ligne des vidéos de leurs chorégraphies ce qui avait permis à ces trois types de l'identifier plus aisément. Aussi, il ne fallait pas oublier que son apparence physique ainsi que son ''boulot'' pouvait facilement laisser croire qu'il ne s'intéressait pas de près à la gent féminine. Maintenant, il n'avait plus de travail, ni d'amis. Cela fut sa cinquième et dernière déception.

L'être humain s'avère être un monstre cruel et sans pitié. Comme le disait le Joker, la vie n'est qu'une grosse farce. Après toutes ses années de souffrance, Kai avait enfin compris les paroles de son vilain préféré. Ici, dans ce bas monde, personne ne lui ferait de cadeau à moins qu'il soit empoisonné. Tout le monde se fichait bien de son existence. Si ses parents avaient réussi à l'effacer de leur vie sans une once de remords, qu'est-ce que cela allait être pour les autres de son espèce? La paralysie émotionnelle qu'il vivait à cause de son syndrome transformait sa colère en une rage qui lui fit prendre conscience qu'il devait donner une leçon à ces animaux. N'était-il pas doté d'un certain charme et d'un talent pour jouer la comédie? Maintenant, il pouvait utiliser cela pour manipuler ces pseudos êtres humains pour leur montrer qu'il n'y avait pas de justice dans ce monde et encore moins de moralité. Non, il ne s'inspirerait pas du Joker pour mener à terme ses plans, il serait le véritable Joker fait de chair et de sang. À force d'y croire, on finit par penser que cela est la vérité... Depuis presque huit ans, le vol, les diverses arnaques et autres larcins du genre deviennent monnaie courante chez Kai. À quand les meurtres et l'utilisation de la force physique? Oh, il ne faut pas s'inquiéter, ça viendra bien assez vite, car il se sent prêt à passer à une autre étape de son plan... Plus il vieillit, plus que ce pauvre garçon devient franchement instable...

Alors, répondez-moi... Pourquoi être si sérieux dans ce monde? La vie est une grosse farce cruelle, ne l'oubliez jamais.






Mon point de vue


♦️ Les surnaturels : De quoi parle-t-on ici? Des Vampires assoiffés de sang ou encore de ceux qui brillent au Soleil (non mais franchement)? Des licornes magiques dont le sang rend immortel celui qui en boit? Ou sinon des créatures de la trempe de Killer Croc avec sa maladie qui touche sa génétique et sans oublier Ra's al Ghul, cet être immortel? Croire au surnaturel c'est comme croire en Dieu, c'est un concept dont chaque être humain a sa propre vision.

Pour Kai, il est difficile de dire s'il y croit ou non. Pendant pratiquement toute sa vie, il s'est nourri de bandes dessinées avec des héros et des vilains parfois humains et d'autres dotés de supers pouvoirs. Sa fascination du Joker vient d'un fait qu'il est un simple mortel doté d'un esprit hors du commun. Donc, si quelqu'un lui demande s'il croit aux loups-garous il répondra que non, si on reformule cette question avec des Anges ou des Démons ça sera encore non et si cela concerne des fantômes, il hésitera peut-être à répondre. Non pas que ce jeune homme ne veut pas croire en leur existence, mais prendre le risque de le crier sur les toits qu'il y croit c'est comme jouer à la roulette russe. Qui a envie de faire un petit tour à l'asile contre son gré?





« The Joker »
Loser, loner, a coward who pretends to be tough, a mean delinquent. In the mirror, you’re just a loser, a loner, a jackass covered in scars and dirty trash. In the mirror, I’m a loser ©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsultima.actifforum.com/t130-kai-i-believe-the-common-c
 

Kai - I Believe The Common Character Of The Universe Is Not Harmony, But Chaos, Hostility And Murder

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» The common thread that links Cuba, Haiti, Guyana and Bolivia
» A new character appears !
» Haiti and Guyana - the two fault lines of the Caribbean
» Why is Aristide still targeted for character assassination by pro-coup forces?
» A new character appears!
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MORS ULTIMA :: 
Can't get enough
 :: 
L'historique
 :: 
Fiches de présentations
-